JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
12 décembre 2023

Quotinfo.net

Fait du jour

Mot du Weekend (22 Octobre 2022): Le Roi Nicholas KAZADI pris la mains dans le sac !

IMG-20211105-WA0047
BACHE3CNTDNZUPETITFORMAT
broo
BROCHURE CNTD VERSION 2
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Par Professeur  Patience KABAMBA


Les Décaissements en Procédure d’urgence au Ministère des Finances :
Le Roi Nicholas KAZADI pris la mains dans le sac !

La semaine passée était très éclairant pour les Congolais en ce qui concerne la gestion des deniers publics. Dans son Volume 5 de la Reddition des Comptes du Budget General, de Mai 2022, le Ministère des Finances a publié à la page 321, le libellé du projet de réhabilitation du tronçon routier reliant le Centre de Pompage, Kintsuka, Lutendele et Kimbwala. La prévision pour ce projet routier était 1. 721.429. 795, 00 FC. (soit $ 881.000 ).
Le décaissement fut de 2. 792.869.523,86 FC (soit $ 1.400.000). Cependant, cette somme décaissée en 2021 dépassait le budget prévisionnel de $519.000 (soit un dépassement budgétaire de 59%).

Par ailleurs , dans le budget prévisionnel de 2023, publié en Septembre 2022, nous pouvons encore lire le libellé suivant: “Réhabilitation de la Route reliant le Centre du Pompage/ Kinshasa et la route de Lutendele par Kimbwala, 2.247.282.000. FC.(soit $1.124.000 ). C’est un dédoublement de la même route pour laquelle on avait dorénavant décaissé de l’argent en procédure d’urgence en 2021.

Le Député Nsingi Pululu a éclairé l’opinion publique en rappelant que la même route pour laquelle le ministère des finances a décaissé au-delà des prévisions, revient encore sur les prévisions budgétaires de 2023.
Nous assistons à un cas de tripatouillage et de la mafia au sein du ministère des finances ou l’on abuse de la procédure d’urgence pour décaisser des fonds au-delà des prévisions budgétaires sans réaliser l’ouvrage pour lequel l’argent est sorti des caisses de l’État, c’est-à-dire du Trésor Public.


Les professeurs d’université réclament depuis l’année dernière la retour de leur pouvoir d’achat.

En 2017, les professeurs d’université recevaient de l’État un salaire équivalent à $ *2000* , mais en 2021, ce salaire était réduit à *$1350* . Cette réduction était simplement due au fait qu’en 2021 les professeurs continuaient à être payés à un taux d’échange de 92 alors que sur le marché le dollar s’échangeait à 200. Les professeurs du pays declanchaient alors une longue grève pour rétrouver leur pouvoir d’achat.

Une série des négociations s’étaient ouvertes avec le banc gouvernemental composé des ministres de Budget, de la Fonction Publique, des Finances et de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

Pendant ces pourparlers connus sous le nom des accords de Bibwa, le Ministre des Finances avait nargué les representants des professeurs alors qu’il est lui-même fils d’un professeur d’Université. Le comportement du ministre des finances qui n’avait pas assisté à toutes les négociations et qui avait même refusée de signer les accords sur l’octroi des voitures aux professeurs en échange de la perte de leur pouvoir d’achat. Mr. Nicholas Kazadi, Ministre des finances de son État porte la responsabilité de ces décaissements frauduleux de l’argent du trésor public comme le démontre la reddition des cours des comptes.

Les Députés Pululu, Pasi Za Pamba et bien d’autres encore ont dénoncé des vols des Congolais à travers des décaissements des fonds du trésor public, les syndicats des professeurs revendiquent des droits financiers perdus par les professeurs au fil de temps. Ces revendications et ces dénonciations se font à l’intérieur du système ; avec des armes du même système. « On ne peut pas vouloir détruire le système avec les armes du système ».

Nous sommes colonisés par des formes discursives. Nous utilisons la grammaire du système. On ne peut pas détruire un système tout en gardant sa grammaire. Il ne s’agit pas de dénoncer ou des prendre des mesures et de rester dans le même système.

Les revendications syndicales que nous menons se font à l’intérieur du même monde. Elles n’aboutiront jamais au changement que nous souhaitons.

Le syndicalisme n’est pas révolutionnaire.
Nous sommes confrontés au même problème que lors de la Seconde internationale Socialiste que Rosa Luxemburg a captée dans son livre magistral : Reforme ou abolition ? S’agit-il de reformer le monde capitaliste dont nous contestons la logique destructrice de nos vie ?
Ou devrions-nous l’abolir ? Contre le Socialisme Allemand, Rosa Luxemburg a voulu revenir sur les fondamentaux de la révolution, il faut abolir le capitalisme. Elle était assassinée en 1919 par des membres du parti socialiste auquel elle appartenait.

Il est quasi impossible de changer un système en empruntant la logique même du système. On ne peut pas négocier avec les mêmes qui nous narguent et attendre des résultats positifs. La grande majorité des députés qui s’en tirent avec 21.000$ le mois, ne poursuivront pas les autres voleurs de la république.
Nous devons sortir du monde qui détruit la vie des Congolais. Nous ne pouvons le faire qu’à travers une révolution.

La révolution n’a pas d’avant-garde, elle n’est pas un acte réfléchie. Elle est une action brutale, massive, intempestive, et violente des hommes et des femmes contre ce qui déstructure leurs vies.

Rédaction :+243816440669, +243851211389

Quotinfo.net
error: Content is protected !!